Liste des numéros enrichis

disponible sur app store   archives PDF 1854-20XX 

disponible sur google play vente en ligne au numéro

 Prix Rts debat VS 1

Les deux livres préférés du jury cantonal après débat

 

Prix RTS Littérature Ados: des élèves critiques littéraires

Si vous recherchez des idées de lecture pour 13-15 ans, les commentaires d'élèves (le jury valaisan) en lien avec les cinq titres de la sélection 2020 du Prix RTS Littérature Ados pourraient vous guider.

Cinq titres sont en lice pour le Prix RTS Littérature Ados, concours ayant pour vocation de promouvoir la littérature jeunesse. L’Institut suisse Jeunesse et Médias ISJM collabore à ce prix, au niveau des comités de lecture. LA CIIP (Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin) est également partenaire du projet, via e-media. Lors du jury cantonal ayant eu lieu le 19 février dernier à la Médiathèque de Saint-Maurice en présence de Christine Fontana de l’ISJM et d’Evelyne Nicollerat, coordinatrice cantonale et bibliothécaire travaillant à la MV Valais, les délégués représentant leur club de lecture dans le jury cantonal ont dû s’accorder sur le titre qui portera les couleurs valaisannes lors des délibérations au niveau romand.

Un peu avant 14heures, les délégués des clubs désignés (quelques groupes n’ont pas envoyé de délégué) faisant partie du jury cantonal arrivent. Provenant d’horizons différents, les ados ne se connaissent pas, mais très vite ils commencent à débattre, argumentant en faveur de leur livre coup de cœur.


Victoire pour Le Petit Prince de Harlem dans un match où les deux livres finalistes avaient de sérieux atout

Dès que tout le monde est là, les discussions du jury démarrent, sous l’œil du public composé par les accompagnants. Première question, comment les délégués des écoles et des bibliothèques valaisannes jugent-ils la sélection 2020 dans son ensemble? Marie l’a trouvée extrêmement variée et sans ce choix «imposé», elle n’aurait lu ni La théorie de l’iceberg ni Le petit prince de Harlem, en raison de couvertures qu’elle aurait jugées peu attirantes et de titres pas suffisamment évocateurs. Bastien, sans la sélection, aurait manqué sa rencontre avec Le petit prince de Harlem et Je peux te voir, ce qui aurait été dommage, puisqu’il explique qu’il serait ainsi passé à côté d’un livre qu’il a beaucoup aimé. Nathan a lui aussi bien aimé la sélection et, tout comme Bastien, le livre qu’il n’aurait pas lu en priorité a été une révélation. Victoria, elle, aurait évincé Le chant noir des baleines, n’ayant pas été convaincue par le résumé de la maison d’édition. Quant à Luka, il souligne, tout comme ses collègues, la richesse de la sélection, et pense que, spontanément, il aurait seulement lu Je peux te voir, car il adore le fantastique. Iseline est d’avis que les cinq livres proposés ont été très bien choisis et lui ont permis de découvrir des genres de roman qu’elle ne lit habituellement pas. Pour ce qui est de Sophie, elle défend la qualité de la sélection, même si l’un des romans lui a un peu moins plu. Ce que retient Maryam, c’est que les cinq livres s’adressent vraiment à la jeunesse, avec des problématiques faisant écho à la société d’aujourd’hui. Bérénice, grande lectrice de romans policiers, est heureuse d’avoir élargi son horizon littéraire. Nora a apprécié la diversité des styles des auteurs et à ses yeux chaque livre était attachant. Héloïse partage l’avis d’Iseline, constatant qu’elle n’aurait pas retenu La vie dure trois minutes sans ce concours. Tous les délégués considèrent que l’expérience de lecture proposée via le Prix RTS valait la peine et plusieurs déplorent le manque de curiosité de certains de leurs camarades qui n’ont pas lu tous les titres de la sélection.

Prix Rts debat VS 2

Un moment d’argumentation en duo pour alimenter le débat

Très vite, les débats entre les délégués s’animent. Il s’agit d’abord d’éliminer le livre le moins apprécié. Déjà là les choses se corsent, car les jeunes ne sont pas unanimes. Malgré des voix discordantes, Le chant noir des baleines est le premier roman écarté et La théorie de l’iceberg le deuxième. Ensuite, pour mettre le trio restant dans le bon ordre, certains jeunes doivent se rabattre sur un livre qui n’était pas leur préféré. Après avoir évincé La vie dure trois minutes, il s’est agi de déterminer le vainqueur entre Je peux te voir et Le petit prince de Harlem. Une déléguée suggère de les mettre à égalité, mais non, ce n’est pas la règle du jeu. Difficile de départager les défenseurs du thriller fantastique qui aimeraient voir leur choix retenu, afin de mettre en avant un livre susceptible de convaincre les jeunes qui aiment l’action sans être forcément de grands lecteurs, et ceux qui soutiennent le roman qui conte les aventures de Sonny, entre clubs de jazz et guerres de gang dans les années 1920. Victoire pour Le petit prince de Harlem dans un match où les deux livres finalistes avaient de sérieux atouts. Un délégué souligne que l’une des forces du livre gagnant est de se dérouler dans un univers qui n’est pas toujours rose, avec des personnages qui profitent cependant des plaisirs de la vie. Une ado confie par ailleurs que c’est l’un des rares livres, tout en n’étant pas triste, qui l’a fait pleurer, tant la relation de Sonny avec son père disparu et avec le jazzman Charlie était belle. Un autre membre du jury relève qu’en se plongeant dans ce livre, on ne lit pas seulement l’émotion, mais on la vit.

Contrairement aux débats avec des adultes, ce qui est puissant avec les jeunes, c’est qu’ils se réfèrent volontiers aux arguments des autres et osent modifier leur point de vue. Une déléguée dit ainsi: «Ce qu’il dit à propos de musique me fait changer d’avis, car c’est vrai, par moments on a l’impression d’entendre Sonny ou Charlie jouer du saxophone.» A noter que quelques jeunes ont écouté les sélections musicales en lien avec plusieurs des livres de la sélection.

Le choix valaisan sera-t-il confirmé au niveau romand? Pour reprendre les mots d’une déléguée cantonale: «Si l’auteur du petit prince de Harlem obtient le Prix RTS Littérature Ados, cela fera de la pub pour une histoire que tout le monde devrait connaître.» Et une autre de renchérir: «C’est un livre important, car en abordant la question du racisme autrefois, il permet d’en parler pour améliorer les choses aujourd’hui.» 

Bérénice (ou Iseline, sa remplaçante) défendra le livre retenu au niveau valaisan dans le jury romand qui se réunira à la RTS à Lausanne le 28 mars prochain. Quant au prix, il sera remis à la RTS à Genève le 6 mai 2020.

Nadia Revaz


 

Les commentaires des élèves sur la sélection

 

rts chant noir baleines

Le chant noir des baleines

Mots-clés: tirailleurs sénégalais, Première Guerre mondiale, naufrage, Afrique, retour au pays, amitié, racisme, pêche, île de Ré

Citation extraite de l’ouvrage

«La parole des tirailleurs [sénégalais] ne vaut pas celle des soldats blancs. […] Me venger d’un homme? D’un pays? De ton pays et de ses habitants? Non, pas de vengeance. Je préférerais qu’ils apprennent qui nous sommes, j’ai confiance.»

Nicolas Michel in Le chant noir des baleines (Talents hauts, 2018)

Trois forces et une faiblesse selon les élèves

«Ce livre évoque la Première Guerre mondiale, ce qui est assez rare dans les romans pour les jeunes et le faire via la relation entre un enfant et un soldat est touchant.»

«Avant ce livre, je n’avais jamais entendu parler du naufrage du paquebot Afrique et du nombre élevé de victimes, alors que je m’intéresse beaucoup à tout ce qui est historique.»

«Même si l’histoire, mêlant racisme et solidarité, parle d’un événement survenu il y a 100 ans, ce roman invite à réfléchir sur la migration aujourd’hui.»

«L’histoire en elle-même n’est pas absolument passionnante et le récit démarre trop lentement.»

 

rts vie dure trois minutes

La vie dure trois minutes

Mots-clés: amitié, deuil, reconstruction, tango

Citation extraite de l’ouvrage

«Jeanne nous avait raconté que, pour les Argentins, le tango représente une métaphore de la vie, une tragi-comédie qui dure le temps d’un morceau, trois minutes.»

Agnès Laroche in La vie dure trois minutes (Rageot, 2018)

Trois forces et une faiblesse selon les élèves

«C’est un récit émouvant, et l’on se met facilement à la place de cette adolescente.»

«J’ai été touchée par les lettres à la fin, car moi aussi j’ai plus de facilité à exprimer ce que je ressens à l’écrit.»

«Ce qui m’a plu, c’est que ce livre parle de l’univers du tango, ce qui est assez inhabituel.»

«C’est encore une histoire d’amour et d’amitié.»

 

rts theorie iceberg

La théorie de l’iceberg

Mots-clés: surf, écriture, amour, haïkus, mer, astronomie, accident

Citation extraite de l’ouvrage

«Pendant toute la durée de l'écriture, il m'avait semblé sentir le contact de l'eau sur ma peau, entendre le clapotis des vagues, respirer le roulis. Toutes ces sensations que je croyais perdues à jamais.»

Christopher Bouix in La théorie de l’iceberg (Gallimard, 2018)

Trois forces et une faiblesse selon les élèves

«La rencontre avec le vieil écrivain et l’évolution de leur relation sont des moments très beaux du livre, d’autant qu’ils n’ont aucun lien de parenté entre eux.»

«C’est un livre où les rencontres, et pas seulement avec l’écrivain, sont importantes, car c’est à travers elles que le personnage grandit.»

«La théorie de l’iceberg montre surtout un jeune passionné par l’écriture et le style du livre est assez poétique.»

«Les thèmes sont éparpillés, car on nous parle du bégaiement de Noé, de sa phobie de l’eau, de l’écriture, de son amour pour Lorraine, de son petit job à la bibliothèque, aussi on a du mal à rester concentré.»

 

 

rts je peux te voir

Je peux te voir

Mots-clés: suspense, adolescence, deuil, famille, super-pouvoirs, course-poursuite, télékinésie, isolement, espionnage

Citation extraite de l’ouvrage

«La respiration du garçon devint presque inaudible tellement son rythme cardiaque avait ralenti. Lent, imperceptible. On aurait pu croire qu’il était mort, tant son immobilité était totale. Max appliquait la méthode enseignée durant trois longues années. La technique qui lui permettait de maîtriser son talent… Et qui faisait de lui le meilleur des espions: la vision à distance.»

Carina Rozenfeld in Je peux te voir (Gulf stream, Echos, 2018)

Trois forces et une faiblesse selon les élèves

«Ce livre dépeint une vie, et le fait sous forme de thriller, ce qui est rare dans les livres pour ados.»

«C’est avant tout un thriller et ce n’est pas important de savoir s’il s’inspire de faits réels.»

«C’est un livre fort qui met en avant la solidarité et il contient un petit côté féministe que j’ai bien aimé, avec la princesse qui va sauver son prince.»

«C’est un livre au style trop américain, qui serait bien meilleur en film.»

 

rts prince harlem

Le petit prince de Harlem

Mots-clés: initiation, adolescence, racisme, deuil, saxophone, New York, misère, jazz, années 1920

Citation extraite de l’ouvrage

«Quand je soufflais dans mon instrument, je lui confiais tout ce qui troublait mon âme, tout ce que je ne pouvais pas formuler avec des mots. Alors, la musique m'enveloppait et je devenais aussi léger qu'une plume que le vent fait tournoyer au gré de ses humeurs. Je retrouvais la légèreté de cette enfance que j'avais crue oubliée pendant si longtemps.»

Mikaël Thévenot in Le petit prince de Harlem (Didier Jeunesse, 2018)

Trois forces et une faiblesse selon les élèves

«Ce qui est touchant, c’est la relation de Sonny avec son saxophone et le lien qui le relie à son père disparu.»

«Avant de lire ce livre, je n’imaginais pas qu’il y avait autant de racisme à cette époque.»

«Ce que j’aime, c’est que ça switche entre plusieurs styles de vie, entre la musique, sa famille et ses amis, et que le personnage principal évolue, malgré les difficultés, pour accomplir ses rêves.»

«J’avais déjà lu un livre qui évoquait un célèbre musicien de jazz à cette époque-là, aussi je n’ai pas trouvé l’histoire si originale que cela.»

 

Comités de lecture et responsables

Bibliothèque communale et scolaire de Collombey-Muraz (Samantha Gothuey)

Médiathèque Valais – Sion (Laurence Bornet)

CO d’Octodure de Martigny (Sophie Mathey)

Bibliothèque municipale et scolaire d’Orsières (Danielle Pignat)

Cycle d’orientation de Fully-Saxon (Christian Emery)

CO d’Octodure (Delphine Cheseaux)

Bibliothèque de Savièse (Josiane Jollien)

Médiathèque de Monthey (Juliette Délèze)

CO de Nendaz (Elodie Bagnoud)

Bibliothèque du CO d’Octodure (Mireille Maret)

Bibliothèque Médiathèque de Sierre (Véronique Rebord)

Bibliothèque du CO Fully-Saxon (Laure Ramuz)

Plus d’infos sur

world Le site de la RTS

world Le site d’ISJM

world Le site d’e-media

 

pdf PDF de l'article

Derniers articles

Aller au haut