Liste des numéros enrichis

disponible sur app store   archives PDF 1854-20XX 

disponible sur google play vente en ligne au numéro

Pin It

 

 

Trois sujets d’actualité ont été abordés: le gaspillage alimentaire, les aliments industriels et la pollution due au plastique.

 

Le projet d’exposition réalisé avec quatre classes de 10e année du CO d’Octodure de Martigny est basé sur le modèle allostérique. Je me suis appuyée sur le concept relatif aux conceptions et à la compétence d’élève-chercheur.

Trois sujets d’actualité ont été abordés: le gaspillage alimentaire, les aliments industriels et la pollution due au plastique, ceci dans le but d’éveiller le sens critique des élèves, de les sensibiliser aux problématiques découlant de certains comportements et de faire évoluer leurs conceptions.

Il s’agissait donc, dans un premier temps, d’impliquer les élèves en leur proposant d’adopter la position de chercheuses ou de chercheurs au sujet des questions qui leur étaient posées. Ce rôle permet en outre la déconstruction de certains schémas erronés. Les moyens suggérés pour réaliser leur mission étaient divers (documents, infographies, sites internet, vidéos ou interviews en ligne…).

Des travaux menés en groupe leur ont permis de participer à des débats, de les confronter au savoir transmis par l’enseignant et de prendre conscience du décalage avec leurs propres conceptions.

Pourtant, cette prise de conscience, aussi indispensable soit-elle, ne suffit pas. Encore faut-il qu’elle encourage l’étudiant à donner du sens à son travail. Le fait de savoir faire des liens, d’ancrer ses connaissances préalables au cœur même de l’enseignement reçu, de mobiliser ses compétences et surtout de parvenir à prendre du recul est le fondement même de l’environnement éducatif nécessaire à l’apprenant. Ils lui permettront, après s’être autorisé à déconstruire ses conceptions de construire de nouvelles connaissances et compétences.

La collaboration de plusieurs partenaires (responsable de l’environnement de la Commune de Martigny, cuisiniers de la cantine du CO, travailleurs œuvrant dans le domaine de la restauration, dans de grandes surfaces mais aussi petits commerçants locaux) a par ailleurs été précieuse afin d’aider les élèves à mieux cerner les problématiques liées aux aliments industriels et au gaspillage.

La préparation d’une interview implique le fait de structurer ses connaissances, interrogations et arguments. Afin d’y parvenir au mieux, les jeunes, via l’accès à divers documents, ont eu la possibilité d’effectuer un tri et une hiérarchie des informations. C’est au cours des interviews que les étudiants ont pu mobiliser leurs connaissances, tester leur savoir et analyser, a posteriori, les réponses obtenues ainsi que développer leur sens critique.

Grâce aux interactions qui ont eu lieu durant ces temps d’échange, ils ont pu découvrir à quel niveau certaines problématiques, comme le recyclage ou la gestion des déchets, sont prises en compte ou négligées. Cette étape les a orientés sur le fait que nos choix ont des conséquences sur l’environnement et qu’il s’agit, pour nous, de le prendre en considération.

La seconde étape a, elle aussi, exigé une réflexion de groupe. Il s’agissait, pour les élèves, de confronter les démarches proposées en classe à la réalité constatée lors des interviews, en créant des modèles ou schémas pour synthétiser visuellement les informations. Cette phase du travail a été en mesure de conduire à l’élaboration d’un premier croquis à devenue ensuite une affiche présentant l’un des trois sujets d’étude.

Concevoir une affiche mettant en exergue à la fois les problématiques identifiées et les solutions imaginées en faveur d’une transformation positive de notre planète a été demandé à chaque groupe.

Afin de sensibiliser les étudiants mais également toutes les personnes qui font partie du CO de Martigny à cette question, le fruit de leur travail est exposé dans notre établissement.

Grâce aux enquêtes, interviews et diverses confrontations, les élèves ont pu donner du sens de façon élargie à leurs apprentissages. De surcroît, ils ont pu appliquer les principes nouvellement acquis à d’autres situations (transfert).

Découvrir que l’on apprend plus facilement lorsqu’on peut tisser des liens entre ce que l’on connaît déjà et de nouveaux savoirs est, certes, enrichissant. Néanmoins, admettre que nos conceptions sont parfois erronées, et même très éloignées d’un savoir incontestable, permet de les abandonner quand il ne s’agit pas de les contrer.

L’intérêt du modèle allostérique ne se situe pas dans le discours de l’enseignant ou dans ses démonstrations manifestant un a priori, mais plutôt au niveau de l’environnement dans lequel se déroule l’apprentissage. C’est une piste intéressante pour amener les élèves à exposer ce qu’ils savent, éveiller le questionnement et les accompagner à prendre du recul.

Maria Monzon, enseignante d’EF au CO d’Octodure de Martigny

 


Ajouter quelques commentaires élèves

Roxane

«J'ai bien aimé faire des recherches, cela m'a fait prendre conscience qu'au gâchis alimentaire s'ajoute le problème environnemental, car les aliments ont parcouru des milliers de kilomètres pour finir dans nos poubelles.»

 

Lucas

«Au départ, je croyais connaître pas mal de choses, par exemple que trier les déchets suffisait. Finalement, trier c'est bien mais cela ne suffit pas, nous devons consommer autrement.»

 

Boris

«J'ai bien aimé chercher les informations par moi-même et interviewer les adultes. J'ai appris que nos choix ont des conséquences et que par des petits gestes nous pouvons contribuer à améliorer les choses.»

 


Le modèle allostérique

Le modèle allostérique, développé par Giordan et al. (1987), s’articule autour du concept de conceptions; pour les auteurs «apprendre c’est transformer ses conceptions». Selon de Vecchi et Giordan (2002) certaines conceptions peuvent être source d’obstacle à l’assimilation de nouvelles informations; d’où l’importance de la posture d’enseignant guide qui met à disposition un environnement propice aux apprentissages, qui accompagne les élèves et motive le partage d’idées ainsi que la confrontation de ses conceptions à des avis divergents d’autres élèves, à des informations perturbatrices et à la réalité tout en favorisant le conflit cognitif.

Pour en savoir plus sur le modèle allostérique:

www.andregiordan.com/articles/apprendre/modalost.html

www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/giordan/LDES/publi/rech/th_app.htm

 


pdf PDF de l'article

 

Aller au haut