Liste des numéros enrichis

disponible sur app store   archives PDF 1854-20XX 

disponible sur google play vente en ligne au numéro

Pin It

 

Tatiana Silva Karim Trabelsi1

Tatiana Silva et Karim Trabelsi

 

 

Pour vous faire découvrir ou mieux connaître la plateforme d’apprentissage ludique Edidact, nous avons rencontré son responsable Karim Trabelsi ainsi que Tatiana Silva, qui s’occupe de la communication de la start-up à temps partiel, étant par ailleurs enseignante à l’ECCG-EPP de Sion. Si Edidact SA, basée au Technopôle à Sierre et bénéficiant du coaching et d’un soutien financier de CimArk, branche opérationnelle de la fondation pour l’innovation The Ark, est susceptible de vous intéresser, c’est parce que c’est une plateforme qui propose des exercices interactifs dans toutes les disciplines, en lien avec le Plan d’études romand.

 

www edidact2

www edidact4

 

Karim Trabelsi et Tatiana Silva ont comme point commun d’être passés par une formation à la Haute Ecole pédagogique du Valais. Une fois son bachelor de la HEP-VS en poche, Karim Trabelsi a effectué divers remplacements en Valais et à Fribourg. Pendant un temps, il a collaboré à Graines de Paix, fondation offrant des solutions éducatives pour la paix sociétale, et c’est à l’Université de Fribourg, à l’occasion d’un cours en formation d’adultes, qu’a germé son envie de transférer des outils techno-pédagogiques pour l’école primaire. Tatiana Silva, titulaire depuis cette année d’une classe en école préprofessionnelle à l’ECCG-EPP de Sion, a quant à elle obtenu son master en lettres (anglais et allemand) à l’Université de Lausanne puis son diplôme d’enseignement pour le secondaire II à la HEP-VS. En parallèle à ses études, elle a travaillé dans l’événementiel, ce qui lui a permis d’acquérir des compétences dans le domaine de la communication.

 

Karim Trabelsi : « Motivation, autonomie et différenciation sont les trois moteurs pédagogiques au cœur d’Edidact. »

 

Lucas Stalder, avec un profil management et qui était impliqué dès la constitution de la start-up, ainsi que François Clausen, qui s’occupe de la partie financière et administrative, complètent l’équipe Edidact en Valais. Les aspects graphiques et techniques sont gérés en Tunisie, car pour l’heure la jeune pousse n’aurait pas les fonds nécessaires pour financer ici cette dimension du projet. Intégrée d’abord dans le pré-incubateur puis dans l’incubateur de The Ark, fondation partenaire du Swiss Digital Center localisé au Technopôle, Edidact a pu passer d’une idée à un prototype, étant aujourd’hui encore au stade du développement du produit, avec les premières opportunités commerciales. La petite entreprise, cherchant à tisser un maximum de liens, est de plus en réseau avec l’ETH de Zurich, via Anil Sethi, l’un des principaux conseillers d’Edidact.

Pour l’heure, Edidact propose environ 1500 exercices (clic glisser-déposer ou mode clavier), dans les diverses disciplines, principalement de la 3H à la 8H. A terme, l’objectif est d’étoffer la banque d’exercices afin qu’elle contienne progressivement 6000 à 7000 activités et couvre tous les degrés de la 1H à la 11H. Les enseignants ont plusieurs entrées pour trouver la ressource correspondant aux apprentissages abordés en classe, à savoir le degré d’enseignement, la discipline, ainsi que le lien vers un objectif précis du PER et replacé dans son contexte détaillé. Plusieurs dimensions, dont celle de la différenciation, sont en cours d’amélioration.

 

Tatiana Silva : « La ressemblance d’Edidact avec les jeux vidéo parle aux élèves. »

 

Bref, si vous voulez tester ces ressources en classe, sur TBI ou sur tablette, et transmettre vos commentaires ou vos besoins via le formulaire de contact, n’hésitez pas, sachant que l’offre payante est gratuite et sans engagement pendant 14 jours. Les élèves pourront travailler en début de séquence pour des activités de découverte ou alors à la fin du cours pour réviser les notions en solo ou à plusieurs, avec la possibilité de cliquer sur la tête d’Edi le hibou, toujours prêt à apporter son aide avec des informations complémentaires ou à renvoyer vers une vidéo de la chaîne Edidact sur YouTube. Les exercices se veulent aussi pensés pour du soutien à la maison, en complément au travail scolaire, et pour ce faire Edidact dialogue avec la FRAPEV (Fédération des associations de parents d’élèves du Valais romand). Tout est évidemment perfectible, et les premières critiques ont déjà permis de revoir certaines fonctionnalités et d’étudier des solutions pour d’autres, comme suggérer des parcours parmi les exercices, intégrer un raisonnement par hypothèse ou indiquer à l’enseignant les résultats des élèves, toutefois il y a assurément déjà de quoi expérimenter en classe ou à la maison. Et peut-être que cette ressource, enrichie régulièrement et permettant de varier les supports, s’étendra à la Suisse romande et aux pays francophones… A suivre.

 

 world Site edidact


 

pdf Lien vers le pdf du numéro

Aller au haut