Liste des numéros enrichis

disponible sur app store   archives PDF 1854-20XX 

disponible sur google play vente en ligne au numéro

Pin It

SEV

 

Le projet «Un·e auteur·e dans ta classe» soutenu par Etincelles de culture était lancé il y a une année. Laure Coutaz Bressoud, enseignante, animatrice arts visuels et lecture HEP-VS, auteure et membre du comité de la Société des écrivains valaisans, souligne que le dispositif sera reconduit en 2021-2022, avec certainement de nouveaux auteurs membres de la SEV qui viendront enrichir la liste des possibilités offertes aux classes, de la 7H au secondaire II. A travers ce projet, la SEV, présidée par Pierre-André Milhit, vise notamment à soutenir et promouvoir les activités littéraires de ses membres.

 

L’important de ces rencontres de proximité dans les écoles, c’est de démystifier celui qui écrit.
Anne C. Martin

 

Petit récit d’une rencontre en classe, du point de vue d’Anne C. Martin, colporteuse d’histoires comme elle se définit et auteure d’un recueil de nouvelles intitulé Ventre vide suivi de Les mots cailloux et de celui de Johanna Bagnoud, enseignante de français et coordinatrice du projet au CO de Crans-Montana. Anne C. Martin est intervenue pour quatre périodes (1 période de rencontre, 1 période de discussion thématique et 2 périodes d’atelier d’écriture) dans quatre classes de 11CO au centre scolaire de Crans-Montana, dont celle de Johanna Bagnoud.

Avant ce projet de médiation autour du livre, Anne C. Martin confie avoir collaboré avec le CO de Crans-Montana dans le cadre du concours de slam organisé par la Médiathèque Valais et le Service de l’enseignement. Une collaboration qu’elle avait déjà beaucoup appréciée. Selon les classes, l’auteure a axé la discussion autour de la discrimination, des différences, du handicap, de la migration ou des états de rupture, autant de thèmes au cœur des histoires de vies dans son recueil de nouvelles.

«L’important de ces rencontres de proximité dans les écoles, c’est de démystifier celui qui écrit, d’où l’importance d’un atelier permettant aux élèves d’activer l’acte d’écrire comme voie d’expression possible», explique Anne C. Martin. Et elle ajoute: «Inviter des intervenants externes en classe, c’est offrir aux jeunes des regards ou des miroirs différents afin de créer des étincelles en partageant une expérience à la fois culturelle et humaine.»

Johanna Bagnoud souligne qu’un important travail de préparation a été effectué avec l’auteure et ses collègues enseignantes pour choisir les extraits à lire en classe, car il s’agissait de guider l’entrée dans les mots. «La force de cette proposition du SEV, c’est de mettre les classes en lien avec des auteurs accessibles, de valoriser la diversité de la production littéraire valaisanne et de rendre le processus d’écriture plus concret», commente l’enseignante. Et si elle relève que le langage métaphorique d’Anne C. Martin était parfois un peu exigeant pour certains élèves en niveau 2 en cours de français, elle juge néanmoins l’expérience largement positive et à renouveler.

N’hésitez pas vous aussi à inviter une écrivaine ou un écrivain dans votre classe…

Nadia Revaz


 

En savoir plus:

Infos pratiques et dossier pédagogique sur le site Etincelles de culture

Infos sur la SEV, dont les lauréats 2021


 

Fragment de texte produit lors de l’atelier

La peur au cœur

La tempête passe, le bateau coule,

La mer s’agite, mais en silence,

La proue m’écrase, et moi je croule,

Avec la peur mon cœur balance.

Marie, élève en 11 CO

pdf Autres textes d'élèves


 

pdf Lien vers le pdf de l'article

Aller au haut