Liste des numéros enrichis

disponible sur app store   archives PDF 1854-20XX 

disponible sur google play vente en ligne au numéro

RETOUR AU SOMMAIRE

 

Le progrès se prénomme numérique. La transformation numérique touche à tous les domaines de la vie, de l’entreprise à la société, de la vie privée à la politique, charriant avec elle des promesses d’efficience, de commodité, d’immédiateté et de suppression des distances. Pour suivre le mouvement, l’école passe la deuxième. Les initiatives visant à équiper les élèves d’appareils pour un enseignement «tout numérique» fleurissent.

 

L’école peut et doit jouer un rôle central dans l’acquisition de la culture numérique.

 

Pourtant, dans le corps enseignant, des voix dénoncent une invasion de technicité nuisible à la qualité des enseignements. L’introduction d’armes de distraction massive, au détriment des élèves. L’enquête PISA (2015) confirme ce ressenti en démontrant que, si un usage limité des technologies numériques à l’école peut être plus bénéfique qu’une absence totale, des niveaux d’utilisation supérieurs à la moyenne sont en revanche associés à des résultats plus faibles. Par ailleurs, la prise de conscience publique des impacts de la technologie s’accroît. Les géants du web nourrissent une nouvelle économie de l’attention, convertissant le temps passé sur leurs plateformes en revenus publicitaires, engendrant de véritables addictions et rendant les esprits perméables à la manipulation à des fins publicitaires ou politiques.

 

Prêt de robots Thymio

 

L’école est-elle le lieu où laisser s’épanouir ces pratiques ou doit-elle au contraire constituer un refuge? Une chose est sûre. L’école peut et doit jouer un rôle central dans l’acquisition de la culture numérique. Il s’agit de cultiver «l’esprit numérique», une saveur de l’esprit scientifique, critique et citoyen, en initiant à la programmation, aux rouages d’Internet, en éduquant aux risques en matière psycho-sociale, éthique et politique. En somme, si la place du numérique à l’école est contestée en tant qu’outil d’apprentissage, il faut au plus vite l’y introduire comme un objet d’étude à part entière.

  

Florian Evéquoz

Professeur ordinaire à la HES-SO Valais-Wallis, étudie les impacts de la technologie sur la société dans son laboratoire d’informatique centré sur l’humain (Human-Centered Computing HUCO).

 

RETOUR AU SOMMAIRE


pdf PDF des numéros de Résonances

Aller au haut