Liste des numéros enrichis

disponible sur app store   archives PDF 1854-20XX 

disponible sur google play vente en ligne au numéro

RETOUR AU SOMMAIRE

 

27 enseignant multiple

 

Herr Darbellay, Herr Clivaz, Herr Di Giacomo, meine Damen und Herren aus der Studiengangleitung, meine Damen und Herren guten Abend und danke für eure Anwesenheit.

 

Zunächst möchte ich mich bei einigen Leuten bedanken. ich möchte mich bei meinen Kollegen und Kolleginnen vom Walliser-Vorstand bedanken: Tiffany, Manon, AmélieP und AmélieC, Coline, Dea, Erih, Josephine, Kristina und Océane. Ich möchte auch meinen lieben Kollegen und Kolleginnen vom schweizerischen-Vorstand danken: Laila, Theresa, Maïke, Jimmy und Gabriel. Danke für ihr Licht, ihre Ideen, ihre Motivation, ihre Authentizität, ihre Freundschaft und für all die spannenden Gespräche in verschiedenen "Büros", wie einer PH, einer Bar oder einer Dachterrasse. Es war wirklich ein Spass, mit so einzigartigen und wunderbaren Persönlichkeiten zu arbeiten. Hier im Wallis und in der anderen Seite des Röstigrabens. Und wouah, wir haben so hart gearbeitet! Ich bin wirklich stolz von dieser Arbeit und von diesen Leuten.

 

Dans une institution comme la HEP, le rôle du comité est de représenter les intérêts de ses étudiants. Ce rôle prend une nouvelle connotation depuis deux ans puisque, à travers son travail, le comité participe à la procédure d’accréditation. En recueillant et relayant les demandes, remarques, besoins des étudiants, et en dialoguant avec les différents acteurs de l’établissement, il contribue au développement de la HEP. Un développement qui est absolument nécessaire pour permettre à notre métier de suivre l’évolution perpétuelle et rapide de la société, derrière laquelle nous passons beaucoup de temps à courir.

 

La formation doit, certes, nous fournir des bases théoriques, didactiques et pratiques solides, mais elle a la lourde tâche de le faire en tenant compte au maximum de toutes les complexités de ce que certaines personnes appelleront «un métier impossible». Impossible, le mot est peut-être un peu fort. Mais ce qui est sûr, c’est que l’enseignement est le métier de tous les métiers.

 

Enseigner, c’est encore être un chercheur d’or et toujours finir par trouver une pépite.

 

Pour commencer, enseigner c’est être didacticien.

Il faut savoir sélectionner la matière, l’élaguer, la découper, pour n’en garder que le plus pertinent et la rendre accessible aux élèves. Le questionnement est permanent: quoi, pourquoi, comment? Nous nous efforçons d’effectuer le tout en restant le plus près possible des plans d’études. Comme on peut toujours faire mieux, ces derniers changent évidemment de temps en temps.

Mais nous restons ici dans l’aspect le plus simple du métier.

 

Enseigner, c’est de plus en plus être enseignant spécialisé, bien que nous soyons entourés quotidiennement par ces enseignants-là. C’est savoir identifier les besoins toujours plus spécifiques de chaque élève et y répondre. C’est connaître presque par cœur toutes les particularités cognitives, affectives, sociales possibles chez un enfant en développement. Et quelle complexité!

Enseigner, c’est également être psychologue. Il faut pouvoir écouter, rassurer, réconforter. Réconforter l’enfant, le parent, le collègue, l’assistant social parfois. Se réconforter… Enfin, chercher quelqu’un pour nous réconforter, comme le collègue par exemple, histoire d’équilibrer les échanges. Il faut savoir se confronter aux émotions de l’autre tout en se préservant.

 

L’école étant un lieu qui favorise beaucoup les interactions entre êtres humains, il est souvent nécessaire d’être éducateur ou médiateur. Nous devons cerner les enjeux sociaux si particuliers dans les relations d’enfants, élaborer des stratégies de gestion de conflits, canaliser les débordements lorsqu’ils surviennent… Tout en sachant nous-mêmes à quel point le vivre ensemble peut être difficile.

 

Comme nous l’entendons beaucoup durant notre formation, un enseignant est chercheur. Nous sommes continuellement amenés à questionner, chercher, lire, comparer, mettre en perspective. Tout en admettant que, ce qui est sûr, c’est que l’on n’est jamais sûr de rien. C’est, par exemple, lire un article scientifique, se dire «Wouah, trop bien, j’essaie!» et en lire un autre le lendemain qui dit exactement le contraire. Nous réalisons alors que la pédagogie, c’est un peu comme la mode: ça change à chaque saison, et puis il y a les incontournables. Il faut alors parfois oser se rabattre sur l’instinct, en espérant que M. Instinct sait ce qu’il fait.

 

Enseigner, c’est être aussi ingénieur. C’est comprendre qu’avant de construire et d’élever l’enfant, il est nécessaire de poser les fondations. En fonction du terrain et des âges, elles prendront différentes formes, comme le respect, la collaboration, l’autonomie, la concentration, la motivation, etc. Il y a les fameuses fonctions exécutives, notamment.

 

Enseigner, c’est effectuer la tâche d’un jardinier. Nous sélectionnons les meilleures graines à planter. Nous en verrons certaines émerger de la terre, d’autres pas. Nous apprenons alors à apprivoiser l’imprévisible. Parfois, nous constatons que, pour que ces graines puissent germer, il sera d’abord nécessaire de préparer, voire réparer le terrain.

 

Enseigner, c’est encore être un chercheur d’or (ou tailleur de diamants, comme le disait une collègue). Avec certains enfants, il faudra particulièrement fouiller, creuser, tamiser, mais l’on finit toujours par trouver une pépite. Et c’est pour cette pépite que nous nous levons tous les matins.

 

Régulièrement, nous devons aussi être des avocats. Il faut justifier ses règles, justifier ses choix pédagogiques, justifier ses démarches. Auprès des élèves, des parents, de la Direction. Il faut plaider sa cause pour débloquer des aides, débloquer des budgets, mettre en avant ses idées. Le tout en restant le plus possible diplomate, quand on y arrive.

 

Finalement, enseigner c’est essayer chaque jour d’être un maître zen. Je précise, essayer. Garder son calme devant les enfants, devant les parents et devant tous ceux qui nous inondent quotidiennement de préjugés sur les enseignants (comme les vacances, le salaire, etc., vous les connaissez sûrement). C’est à la fois accepter que l’école est un reflet de la société, que l’on doit endosser tous ces rôles, tout en s’entendant dire parfois: «Oui bon, c’est l’école, hein, c’est pas non plus…»… En résumé, c’est savoir rester en toute occasion le plus calme et serein possible. Il existe un livre, que nous connaissons, qui s’appelle «Calme et attentif comme une grenouille». Pourquoi ne pas s’en inspirer au quotidien avec les enfants?

 

Vous l’aurez compris (et nous commençons à le comprendre), l’enseignement est un métier complexe, beau mais complexe. Comme les mini-humains que nous côtoyons chaque jour. Et c’est pour pouvoir répondre à cette complexité qu’il est nécessaire que notre formation continue de se développer et d’évoluer. Afin qu’elle puisse se rapprocher toujours plus de nos besoins et de ceux du terrain, qu’elle doit parfois aussi entraîner à sa suite.

 

Pour conclure, je vous souhaite à tous, chers collègues, tout le meilleur dans votre parcours professionnel et personnel, quelle que soit la direction que vous lui ferez prendre.

 

Merci pour votre attention.

  

Estelle Rogivue

 

Association des organisations estudiantines des hautes écoles pédagogiques Suisse

 

RETOUR AU SOMMAIRE


pdf PDF des numéros de Résonances

Interview

Je pense que la science s’intègre dans un cadre culturel et qu’il faut en tenir compte.

Nicolas Kramar5Nicolas Kramar
Directeur du Musée de la nature du Valais à Sion

Article publié sur le site

ECHOS - ECHOS - ECHOS - ECHOS - ECHOS - ECHOS -

  Résonances c'est...

 

Résonances en 1 minute

Un résumé de Résonances, votre mensuel de l'école valaisanne, réalisé par deux apprenties médiamaticiennes.

pdf Article paru dans Résonances

 

Clins d'oeil de Maret

Derniers articles

Citations

  • «Il suffit quelquefois d’un “je ne sais quoi” ou d’un “presque rien” pour faire basculer l’apprentissage.»

    Jean-Pierre Astolfi
  • «Le même potage pour tous les élèves ça ne marche pas!»

    Fernand Oury
  • «Le meilleur aboutissement de l'éducation est la tolérance.»

    Helen Keller
  • «Les professeurs sont irremplaçables: ils vous apprennent à apprendre.»

    Julien Green
  • «L’intelligence ne grandit et ne porte de fruits que dans la joie.»

    Maria Montessori
  • «Pour apprendre quoi que ce soit, commencer par y trouver un sens.»

    Seymour Papert
  • «Je lis, et me voici libre.»

    Fernando Pessoa
  • «Il n’y a de bons professeurs que ceux en qui subsiste la révolte de l’élève.»

    Edmond Gilliard
  • «Pour des mémoires multiples, il faut de multiples méthodes.»

    Alain Lieury
  • «Enseigner, c’est apprendre deux fois.»

    Joseph Joubert
  • «Etre curieux, c’est prendre soin du monde.»

    Erik Orsenna
  • «Apprendre lance l’errance.»

    Michel Serres
  • «L'intelligence est la capacité de résoudre des problèmes nouveaux.»

    Edouard Claparède
  • «Apprendre, c'est déposer de l'or dans la banque de son esprit.»

    Shad Helmstetter
  • «Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez l'ignorance.»

    Abraham Lincoln
  • «La connaissance est une navigation dans un océan d'incertitudes à travers des archipels de certitudes.»

    Edgar Morin
  • «Tout apprentissage consiste en un métissage.»

    Michel Serres
  • «On se lasse de tout, excepté d’apprendre.»

    Virgile
  • «L’imagination ou la créativité sont extrêmement importantes dans la création de la dynamique de l’apprendre.»

    André Giordan
  • «Soyez insatiables. Soyez fous.»

    Steve Jobs
  • «Lire ressemble à regarder l’horizon. D’abord on ne voit qu’une ligne noire. Puis on imagine des mondes.»

    Erik Orsenna
  • «Qui ne continue pas d'apprendre est indigne d'enseigner.»

    Gaston Bachelard
  • «Motiver: sécuriser, valoriser, stimuler.»

    Brigitte Prot
  • «Apprendre revient à sortir en permanence des normes habituelles ou des évidences de pensée.»

    André Giordan
  • «Réfléchir, c’est déranger ses pensées.»

    Jean Rostand
  • «Celui qui ouvre une porte d'école, ferme une prison.»

    Victor Hugo
  • «Plus on sait, et plus on est capable d'apprendre.»

    Alain
  • «L’autonomie est une discipline.»

    Adolphe Ferrière
  • «Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe.»

    Jules Renard
  • «Il faut que la société se mette à aider l’école plutôt que de lui demander de la réparer.»

    Alexandre Jardin
  • «Vous interdisez les erreurs, vous empêchez ainsi la victoire.»Antoine de Saint-Exupéry
Aller au haut