Liste des numéros enrichis

disponible sur app store   archives PDF 1854-20XX 

disponible sur google play vente en ligne au numéro

Politique éducative. Le temps de la conception

Catégorie
Colloque
Date
9 novembre 2018 09:00 - 16:15
Lieu
Université de Genève

Qu'est-ce qu'une politique scolaire ? Il n'existe pas réellement de consensus sur une définition stable (van Zanten, 2014). Toutefois, les politiques éducatives se définissent comme « des programmes d'action gouvernementale, informés par des valeurs et des idées, s'adressant à des publics scolaires et mis en œuvre par l'administration et les professionnels de l'éducation » (van Zanten, 2008, p.535). En ce sens, une politique éducative est donc caractérisée par une volonté explicite.

Les politiques éducatives ont fait l'objet de très nombreuses recherches et analyses. On peut distinguer trois objets d'analyse qui sont autant d'étapes du processus de l'action publique : celle de leur conception (e.g., Muller, 2015), celle de leur mise en œuvre (e.g., Lessard & Carpentier, 2015) et enfin celle de leurs effets (e.g., Pons, 2011 ; van Zanten, 2014). L'analyse des conceptions des politiques éducatives questionne les fondements mêmes de ces politiques et leur processus d'élaboration. On s'attache alors à mettre en lumière les processus par lesquels ont été conçues ces politiques. Il peut s'agir par exemple d'approches sociohistoriques qui cherchent à analyser les moments décisifs de l'action publique (e.g., Prost, 1997 ; van Zanten, 2014). Il peut s'agir aussi de questionner les valeurs sur lesquelles reposent ces politiques. Dans ce cas, on s'interroge sur les référentiels de l'action publique (Muller, 1990) conçus comme un ensemble de représentations de la société portées par les acteurs sociaux. Par exemple en France, on constate ces dernières décennies une évolution des valeurs que sous-tendent les politiques éducatives (van Zanten, 2014). Les principes d’égalité et de mérite ont été fortement débattus et critiqués devant l'évidence d’un échec scolaire croissant d’une partie des élèves. Si les valeurs dominantes restent toujours proches de l'idée d’une égalité de droit entre élèves, les  politiques  intègrent  toujours  davantage  des  dispositifs  concrets  en  vue  de  « compenser  les inégalités qui résultent de l'action des familles et de l'environnement local » (van Zanten, 2014, p.42-43)

Plusieurs groupes d'acteurs sont au cœur de l'analyse : les acteurs politiques (législateurs, partis politiques, syndicats, etc.), les acteurs éducatifs (enseignants, parents et administration centrale), les médias (qui rendent compte des débats et positions de chacun) et l'opinion publique qui prend en Suisse une dimension particulièrement importante au regard de l'organisation législative en vigueur. Ce système de démocratie directe, permet aux citoyens de se prononcer sur les politiques scolaires. Ainsi, la recherche en cours « Comment organiser l'enseignement secondaire obligatoire ? »[1] s'attache à comprendre les réformes récentes qui ont eu lieu dans trois cantons romands (voir par exemple Felouzis,  Charmillot  &  Fouquet-Chauprade ,  2013), ce qui implique d'analyser les discours des différents acteurs de ces politiques de façon à définir les référentiels qui en sont à l'origine (Revaz & Fouquet-Chauprade, à paraitre).

L'objectif de cette journée est de cerner la façon dont les chercheurs se saisissent de ce moment particulier des politiques scolaires : le temps de leur conception. Celui-ci peut être mis en lien avec les autres étapes des politiques d'éducation (mise en œuvre et effets), comme le montre McDonnell (2009) avec le concept de policy feedback. Les contributions donneront un panorama des différentes façons d'analyser les conceptions des politiques publiques d'éducation.


Intervenant·e·s

Georges Felouzis, Barbara Fouquet-Chauprade et Sonia Revaz (Université de Genève)

Agnès van Zanten (Directrice de recherche CNRS, Sciences Po - Paris)

Daniel Frandji (Maître de conférences, ENS Lyon)

Nathalie Mons (Professeure, Université Cergy Pontoise)

Xavier Pons (Maître de conférences, Université de Paris Est-Créteil)

Christian Maroy (Professeur titulaire, Université de Montréal)

Bernard Wentzel (Directeur de l'IRDP, Neuchâtel ; Private Docent, Université de Genève)


Programme
9h Conférence d'ouverture par Georges Felouzis et Barbara Fouquet-Chauprade
9h30 – 16h10 Conférences et questions
16h15 Le mot de la fin par Bernard Wentzel

Le programme détaillé sera publié en temps voulu.

Entrée libre sur inscription

 
 
Aller au haut